Danser : une autre façon de se découvrir

Publié le par Danse Studio TDS

Salsa, tango, samba et autres, les corps retrouvent le sens du rythme et du tempo et cherchent à s'accorder pour donner un sens au mouvement.

Démarche chaloupée ou port de tête ravageur, la danse fait un retour remarqué : sept Français sur dix s’y adonnent, selon un sondage BVA de 2000. Raisons avancées : une quête de convivialité et un besoin de bouger. Mais encore ? Derrière les pas et les figures, se joue une aventure singulière. « Danser le tango ou la salsa dépasse le cadre du divertissement, affirme France Schott-Billman, psychanalyste et auteur du Besoin de danser (Odile Jacob, 2001) ». C’est une autre façon de parler de soi. Cette boulimie manifeste un profond désir de changement. Les amateurs inaugurent d’abord un nouveau rapport au corps, lieu de tous nos interdits. Au bal ou sur le parquet, les corps se trémoussent en rythme comme si l’on voulait rejeter des siècles de tabous. L’union consciente avec l’autre et l’affirmation du moi sont tout aussi importantes. L’identité se mesure à l’aune de l’altérité, une mise en jeu que permet la danse. Au travers des différents codes gestuels, on s’identifie ou on se distingue, on imite ou on se synchronise. Une démarche que n’aurait pas reniée Sigmund Freud pour qui « la découverte de ce registre inconnu – l’inconscient – requiert la présence d’un autre sur lequel il puisse projeter pour reconnaître cette face cachée de lui-même ».  (Catherine Maillard)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article